Le Thaurion :

C’est à la fin des années 90 que nous avons découvert cet affluent de la Vienne qui prend sa source sur le plateau de Millevaches du côté de Gentioux-Pigerolles, en Creuse. Simple rase, elle y serpente pendant un moment au milieu des arbustes, des touffes de molynie et de bruyère avant de se noyer dans le lac de Lavaud-Gelade. Elle se requinque en aval du barrage avec l’appoint du joli ruisseau de Beauvais puis dégringole la Rigole du Diable jusqu’à Pont de Châtain. C’est ensuite une succession de plats entrecoupés de passages torrentueux. Elle s’enfle de la Banize à Confolent et de la Gosne à St Hilaire le Château pour mieux gronder dans les gorges entre Pontarion et Bourganeuf où elle passe en seconde catégorie.

Nous louions à l’époque l’un des 6 confortables chalets parfaitement équipés (chez les Dyckmans à Royère) distant de quelques kilomètres du vaste lac de Vassivière sur la Maulde.

Nous prospections les parcours, un par un, méticuleusement, comme ici les gorges sous le pont de Thauron.

Des amis nous accompagnaient dans ces séjours d’un grand week-end, voir une semaine entière : Georges (au-dessus du pont de Confolent)...

... et Nico (sous le pont de Vaux)

Nous ferrions des truites à tour de bras comme ci-dessous Neoom dans les gorges (je passe plus de temps à sécher ma mouche (une vulgaire peute) qu’à prendre les truites, commentait Nico)...

... et profitions d’un rayon de soleil pour pique-niquer dans des paysages somptueux.

D’autres nous ont rejoint, au début des années 2000, dans le lit du magnifique Thaurion parsemé de rochers notamment du côté du Poirier...

... entre Pontarion et St Hilaire le Château. Les truites y sont nombreuses (mais aussi les envahissantes ablettes spirlin) et de belle taille à l’ombre des arbres et des buissons de la rive...

... et dans les profonds des berges concaves où patrouillent aussi de gros chevesnes.

Sam y a considérablement amélioré sa technique... et son ferrage.

Au-dessus du pont de Confolent, le Thaurion cascade sous le vol des lourdes perles en un lieu très sauvage que nous avons surnommé " les cathédrales " (à aborder discrètement comme le fait Neoom)

... après être passé à la porte au " Gour de Vaux "

Plus haut encore : le pont de Vaux où Sam prit une année, sous mon nez, comme à la parade en moins de deux minutes, 3 truites sur un mètre carré sans bouger de place.

Robert le maître a bien sûr, ces années-là, rejoint le groupe, de même qu’Aurélien (pause au pont de Parsat, faisait pas chaud ce jour-là)

Et les gens du pays pouvaient voir virevolter nos soies de couleur, tantôt dans les gorges...

... tantôt à Pont de Châtain au pied de la Rigole du Diable...

... ou encore au moulin de Canque...

... juste au-dessus du lac, à l’amorce du plateau de Millevaches (les mille sources de nos ancêtres les Celtes)...

 

... un des endroits les plus arrosés de France = K-Way de rigueur.

Les truites y sont nombreuses mais très petites. En prendre une à la maille, sur ces hauteurs, n’est rien moins qu’une gageure. Il convient toutefois de ne pas utiliser des mouches trop petites : CDC très fournis montés sur hameçons de 12 conseillés. Nous en avons fait l’amère expérience la première année en ratant le premier jour tout ce que nous voulions avec des hameçons de 16. Quant à la progression dans la rivière, elle doit se faire avec de grandes précautions sous peine de voir filer les poissons devant soi et d’afficher une belle bredouille (n’est-ce pas Aurélien)...

... en particulier au-dessus du pont de Senoueix. (vestige d’un pont romain en photo sur tous les guides touristiques)...

... et pour nous lieu traditionnel de photos-souvenir.

Au fait ! L’avez-vous déjà vu sous la neige ? (dans aucun guide touristique) Joli ! Non ?

Et toujours, nous revenions à notre camp de base que nous appelions " La cabane du pêcheur "...

... où, naturellement avec les " Fous de Pêche ", régnait une joyeuse ambiance...

 

oOoOo

 

 

Prévisions Meteo

Asnelles
cofishing