Le salon mouche et leurres de Paris 2006

par Marc

 

Décevant ! A dit Neoom dans un post au lendemain de la 10ème édition de ce salon. Je confirme !

Après ces 2 ou 3 dernières années où l’on sentait bien que notre cher salon mouche s’essoufflait, nous étions en droit d’espérer que l’idée des organisateurs " d’inviter les leurres " à la fête était excellente. Las ! Les rangs des fabricants et distributeurs de ces derniers se sont avéré un tantinet clairsemé.

D’ailleurs, ça ne se bousculait pas autour du bassin.

Remercions donc ceux qui ont fait l’effort.

Côté mouche, cela continue de s’effriter et pas mal de grands noms ont brillé par leur absence. Les fidèles étaient toutefois présents…

Mouches de Charette

Mouches Devaux

AV FLY

D.P.S.G. bien sûr

et Guy Plas

Les cannes SAGE

Pezon et Michel et les magasins " Rêve de Pêche "

Notons quand même que nous sommes loin des premières éditions où l’on pouvait réaliser quelques bonnes affaires. Les prix pratiqués sur le salon sont supérieurs à ceux des magasins. Maintenant quand un distributeur vous fait une remise de 5% sur l’achat d’une canne à mouche à 400 ou 500 euros, il vous donne franchement l’impression de se saigner aux quatre veines pour vous faire plaisir.

Et alors là, je dis : " Attention messieurs les fabricants et distributeurs " vous êtes en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assis. Ne prenez pas les pêcheurs (gens quand même assez peu regardant sur la dépense) pour plus bêtes qu’ils ne sont. Passionnés ? Oui ! Pigeons ? Non !

Et ce ne sont pas les quelques promotions comme celle ci-dessous qui me feront dire le contraire.

Il y a une vingtaine d’années, le loisir de la pêche était attractif, notamment pour les jeunes car peu onéreux. La multiplication du matériel selon le poisson recherché et le prix de ce matériel en ont fait un loisir, sinon de riches, du moins de gens à l’aise pécuniairement. En tout cas cela refroidit les néophytes en général peu enclins à réaliser un gros investissement au départ. Il ne faut peut-être pas chercher plus loin la baisse catastrophique des effectifs.

Mais revenons à notre salon où les voyages de pêche étaient encore bien représentés.

Les régions étaient fidèles au poste, comme toujours.

Les normands…

…nos amis Creusois flanqués de leurs célèbres gris-limousins…

… et la magnifique Lozére.

L’équipement, gilets, vêtements chauds ou de pluie, waders respirant ou non,

lunettes polarisantes,

et couvre-chef, occupait de nombreux stands.

J’aime toujours rendre visite au coin des antiquités.

On y découvre des choses étonnantes, comme ces portefeuilles à hameçons montés…

ou à mouches à saumon.

C’est un vrai plaisir de caresser ces cannes à mouche en bambou refendu.

Cela m’amène au coin des artistes : les monteurs de mouches, classiques…

ou fantaisie (pour le brochet)

Bref ! Ce ne fut pas un très beau salon. J’étais à Cournon (Clermont-Ferrand) le mois dernier. Ben ! Vous savez quoi ? C’était mieux !

Les aires de lancer pour la mouche étaient " riquiqui "

Mais j’ai constaté avec plaisir que les dames s’y mettent…

Autre satisfaction : La présence de 2 grands facteurs de cannes à mouche. Vous les connaissez.

Ouais ! Pas terrible l’édition 2006. Mais comme le disait Jean-Marie (Aupetitpec) : " Je suis surtout venu pour rencontrer les copains " Nous aussi…

…et le casse-croûte fût des plus joyeux (comme d’habitude avec les Fous de Pêche)

 

 

Prévisions Meteo

Asnelles
cofishing