Materiel de base

Dans cette partie, je ne vous parlerai pas de prix car pour ses articles, vous pouvez trouver des équivalences dans une fourchette de prix et de marques tellement large qu’il serait trop long d’en établir une liste

 

Le moulinet a tambour fixe est le plus courant. Il est de taille un peu impressionnante. En effet, celui-ci doit pouvoir contenir (suivant le type de pêche ) au minimum 200 mètres de 50/100 de nylon ou 300 mètres de de 20 a 25/100 de tresse. Pour la tresse, le moulinet sera donc plus petit et donc plus Legé.

Bien que cette section soit très grosse, elle peut être utile pour la pêche spécifique de certains poissons. Pour le choisir, on regarde surtout la contenance possible, la vitesse de récupération (en mètres par minutes ), le nombre de roulements et le poids qui ne doit pas être trop élevé.

 

 

L’outil le plus indispensable reste la canne. Celle-ci comporte 2, 3 voir 4 brins et la taille peut varier entre 3 mètres et + de 5 mètres. De plus, on trouve généralement 7 anneaux dont un ou deux rabattable. Le plus grand nombre ont une action de pointe, c’est à dire avec un scion très souple et très flexible. Les cannes a action progressive ou parabolique (pour des lancers puissant et sans abîmer les appâts) ont une flexibilité qui va de la pointe jusqu’à  la fixation du moulinet, ce qui permet une très bonne répartition du poids du plomb sur la canne et donc de lancer très fortement. On les utilise pour faire des lancer simples sur des distances allant de +/- 50 à 100 mètres suivant le pécheur et suivant le poids du plomb.

La gamme étant tellement variée, que le choix ne peut se faire que par vous en fonction de vos besoins et budget et de votre sensation à son utilisation.

 

 

 

 

Le moulinet a tambour tournant quant à lui, permet des lancers beaucoup plus longs mais, nécessite un entraînement plus poussé et des protections des doigts.

Il faut aussi apprendre une nouvelle façon de pêcher (dans la préparation des montages). D’un coup pas forcément plus élevé, il lui faut quand même une canne plus adapté en termes de longueur, de nombre d’anneaux, et de fixation du moulinet. Pour les débutants, prévoir de bonnes réserves de bobines de fils car les perruques sont fréquente. Contrairement au tambour fixe, on utilise des fils de diamètres inférieur (35/100) mais un fil d’arraché compris entre 50 et 70/100 est fortement recommandé. La tresse est fortement déconseillée sur ce type de moulinets.

 

Les cannes pendulaires (pour moulinet a tambour tournant) sont généralement composé de deux brins inégaux et d’un fixe moulinet appelé (coaster). Leur longueur est plus courte (entre 3metres et 4 mètres 20 ) et avec un nombre d’anneaux plus important ( 9/10 ). Ce sont des cannes à action progressive pour le lancer de type pendulaire ce qui permet d’atteindre des distances très impressionnantes comprises entre 100 et 200 mètres, voir plus pour les pros. Bien évidemment, ses cannes sont plus chères et sont utilisé plus particulièrement par nos amis anglais. Et très peu distribué en France au grand dam de certains amateurs.

 

 

Fil et arraché

Ici je ne vous parlerai pas de marques, car la aussi nous avons un choix très large. Le choix du diamètre de fil pour le moulinet et fonction du type de pêche pratiqué et de ou des espèces recherchées. La pêche au Surfcasting s’apparente de très près à la pêche de la carpe. En effet, les poissons de bord on tendance a être méfiant. Pour ce faire, nous devons pêcher le plus discrètement possible. Pour le fil de ligne une résistance de 8 a 10 kg (30 - 35/100) est très suffisante dans la plupart des cas. Il ne faut pas oublie que le sel use le fil ainsi que les rayons UV, ce qui oblige à changer son fil tous les ans en moyenne pour des pécheurs réguliers.

Pour pouvoir effectuer des lancers plus puissants, nous avons besoin de mettre un fil d’arraché qui est constitué d’un fil de diamètre plus important (60-70/100) et ainsi éviter la casse au lancé. Pour obtenir une bonne puissance au lancé il faut plaqué le fil entre le doigt et la garde du moulinet (là ou se forme le T ). Pour raccorder ses deux morceaux, nous réalisons un nœud spécifique appelé « nœud d’arraché) dont voici un schéma ci-dessous

Ensuite, au bout de fil, on place l’accessoire qui permet de raccorder le bas de ligne. A savoir le grand classique qui est l’émerillon avec agrafe (1er photo)  avec un nœud de pendu (facile, rapide et solide puis qu’il se resserre tout seul sur lui-même). Mais on peut très bien utiliser d’autres nœuds. Ensuite nous pouvons utiliser a la places d’autres agrafes qui ont surtout l’avantage de permettre un changement rapide de bas de ligne ou de pouvoir l’inversé. Dans tous les cas, cette attache doit être très solide pour résister à la traction exercé dessus lors du lancer, il ne faut donc pas hésiter à ce qu’elle soit relativement grosse. Pour les agrafes simple comme B,C et la photo n°3 il est préférable d’ajouter un rolling ( photo 4 ) pour limiter tous vrilles du fil. Éventuellement on peut placer un Rolling seul et fixe une agrafe du bas de ligne dessus. Pour ce qui est de l’agrafe de la photo 3, celle-ci est à éviter car elle ne passe pas dans les anneaux et gène au repli de la canne.

Pour la tresse, le principe reste le même mais, nous garderons les mêmes poids en terme de résistance mais nous obtiendrons des sections bien plus petites. Il est bien aussi de garder le principe de l’arraché. En effet, cette partie est celle qui frottera le plus sur le fond, ce qui évitera de changer la tresse sur le bobine tous les ans mais juste les 20 - 30 mètres de l’arraché.

bas de ligne et accessoirs

Ce doit être la partie la plus importante pour votre pêche, car c’est ce que verra le poisson.

A ce stade, les solutions de montages sont nombreuses et selon votre souhait vous pouvez les moduler comme bon vous semble. Il existe 2 solutions. La première consiste à acheter des bas de ligne tout prêt fait dans le commerce mais là, le choix est difficile car on ne se rend pas très bien compte de l’allure du montage.

La deuxième consiste à les réaliser vous-même. Certes c’est plus cher car il faut un grand nombre d’accessoires mais au moins vous savez précisément ce que vous faites. Pour le montage des lignes, chacun y va de son petit truc perso et l’expérience aide à perfectionner ses montages. Ici je vais expliquer un type de montage mais bien sûr on peut obtenir la même chose en procèdent différemment.

Pour le corps du bas de ligne, l’utilisation de fil sans mémoire de forme est très indiquée. En effet, cela évite au fil qui frotte sur les rochers ou sur tout obstacle de vriller ou de formé des boucles (un peu comme le ruban des paquets cadeaux avec une paire de ciseaux). Pour ma part, ma préférence est au noir ou au rouge car cela permet un meilleur démêlage ave le fil de l’hameçon quand il y a besoin en différenciant ainsi les deux fils qui sont de couleur différente. De plus, cela n’a pas l’air de troubler les poissons. Certains font des corps de ligne en plusieurs morceaux, moi je n’en fait qu’un seul.

La suite consiste à choisir le mode de fixation que l’on utilisera pour fixer le bas de ligne au fil du moulinet. Si on utilise un émerillon, on peut soit utiliser une simple boucle de fil soit un Rolling soit une agrafe comme celle de gauche. Si on utilise une agrafe, on peut utiliser une simple boucle ou un Rolling. Enfin si vous utilisez une simple boucle, vous pouvez utiliser n’importe quelle agrafe.

Quand le mode de fixation choisit et mis en place, coupez entre 1 mètre 50 et 1 mètre 80 de fil

 

Pour les Rolling, il existe deux modèles, le d à gauche au bout en pointe et le r à droite au bout rond. On utilise le d sur le départ des empiles et le r sur les corps de ligne

...................................................................

Passons maintenant au montage d’une ligne.

Pour bloquer la fixation de l’empile, plusieurs méthodes. Le Sleeve (petite gaine de plomb que l’on serti sur le fil) le seul problème c’est qu’il écrase le fil et peut créer un point de rupture. Le nœud d’arrêt qui a l’inconvénient d’attraper les algues qui traîne et un peu long à faire ou la gaine silicone qui semble parfaite mis à part qu’elle se déplace légèrement. Pour l’utiliser, prendre de la gaine silicone de 2 à 3 mm de diamètre, coupez un bout sur une longueur d’environ 5 mm. Passer le fil dans la gaine puis remontez par l’extérieur pour repasser dans la gaine (voir schéma en bas à droite) et serrez. En suite placer une perle d’arrêt (perle noir de 4-5 mm de diamètre  en caoutchouc) placer votre fixation d’empile (Rolling d; swivel tees; cascade swivel ), une perle d’arrêt, un petit bout de gaine en silicone

J’utilise également de la gaine silicone translucide de 1,5mm de diamètre pour recouvrir tous les nœuds et tous les petits anneaux.

Nous allons faire l’inventaire du matériel utilisé pour le plan suivant.

1 Rolling r

1 nœud de pendu recouvert d’une gaine

silicone transparente

 

On laisse 10 cm

 

1 petit bout de silicone pour faire un arrêt

1 perle d’arrêt (en réalité qui sert de butée)

1 Rolling d ou 1 swivel tees

1 perle d’arrêt

1 petit bout de silicone pour l’arrêt

 

On laisse 40 cm

 

1 accroche appât tête bêche

 

On laisse 10 cm

 

1 petit bout de silicone pour l’arrêt

1 perle d’arrêt

1 Rolling d ou 1 swivel tees

1 perle d’arrêt

1 petit bout de silicone pour l’arrêt

 

On laisse 40 cm

 

1 petit bout de silicone pour l’arrêt

1 perle d’arrêt

1 Impact sheild

 

Fixation de l’agrafe recouvert d’un bout de silicone

 

Et le plomb

 

Pour être efficace, l’impact sheild doit être coller au nœud de l’agrafe et la perle du dessus qui sert a libérer l’hameçon doit se trouver au plus prêt également de l’impact sheild

Voila le detail des accessoirs:

Accroche appâts; swivel tees; cascade sweevel; impact sheild.

 ...............................

 

L’utilisation du coulisseau rouge ci dessus se fait sur les montages auto ferrant.

 

Le plomb est également un instrument indispensable dans la pêche.

Pour une pêche en poste fixe et ligne tendu, on utilisera le grain. Maintenant ils sont débrayable ce qui évite de les laisser au fond quand on accroche.

Celui du bas à gauche a un impact sheild incorporé ce qui est très pratique surtout pour le montage que nous venons de voir avant.

Les trois plomb suivant (plat avec impact sheild ; châtaigne, montre ) sont des plomb pour des lignes dérivantes avec le courant latéral et donc plus léger.

ATTENTION de bien vérifier combien votre canne peut supporter si non gare à la casse

 

Enfin la dernière étape de la préparation, l’empile.

Le fil utilisé est idéalement en  FLOROCARBONE ce qui veut dire qu’on ne le voit pas dans l’eau. Sur ce fil, on fixe l’hameçon de la taille et de la forme dont nous avons besoin (pour les moins courageux, du près monté). On place en suite des attractifs suivant le moment où l’on pêche mais, on peut très bien tout y mettre à la suite. Plus ça brille et plus les poissons sont curieux.

Les sequins, petite coupelle de 6-7 mm de diamètre de différentes couleurs et aux reflets métalliques. Plus pour la pêche de jour

Les perles phosphorescentes pour la pêche nocturne

Les perles fluo en complément des deux autres pour leur brillance

Et pour finir un bout de 5 cm de gaine silicone au niveau de la fixation de l’empile

 

Petite astuce

Comme il n’est pas toujours facile de faire des empile de la même taille et donc de pouvoir les placer sur les accroches appâts, sur le montage que nous avons vu, tous peut se régler car rien n’est fixe ce qui permet de retendre l’accroche appâts par rapport à l’empile

Reste maintenant à aller chercher d’appâts et aller essayer vos montages

Il est préférable d’avoir différents types de montages avec soi suivant le temps, le courant et la saison car un montage peut-être très efficace un jours et ne rien donner le lendemain.

 

 

 

 

Bon Surf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévisions Meteo

Asnelles

 

 

 

 

cofishing